Travaux de Lumière d'Ecosse

sceau de Lumiere d Ecosse


A chaque réunion, appelée tenue, les francs-maçons
présentent des sujets de réflexions  :

Quelques titres parmi les travaux présentés récemment à LUMIERE D'ECOSSE :

Le feu

Franc-Maçonnerie et religions

Le retour de la Lumière

Devoirs, réflexions d'un tailleur de pierre

Socrate le dissident

Pourquoi suis-je entré en maçonnerie?

Connais-toi toi-même

La franc-maçonnerie peut-elle répondre au besoin de spiritualité de l'homme?


Salomon est dans le Temple
Les compagnons constructeurs de nos cathédrales
Qui suis-je?
De l'obscurité au soleil
Tu seras Pierre...
Dans le regard de l'autre
Marche, rêve et ... chante
L'Esotérisme
Habitudes, coutumes, traditions
Les mains du compagnon
Un homme "libre" : Krishnamurti
Les vertus
Pourquoi voir en blanc et noir quand la vie est en couleur ?
Entrons dans les voies qui nous sont tracées
Peut-on donner un sens symbolique à tout ce qui nous entoure?
Vers la voie du perfectionnement
Le tableau de loge et l'escargot ........................
_________________________________________________________________________

Quelques résumés de travaux présentés en loge:




                             Travail de l’Atelier sur la question «     COMMENT LE Franc- Maçon PEUT IL TRAVAILLER A SA PROPRE LIBERTE DE PENSEE   ?  »

 Chacun sur le chantier a taillé cette pierre de sa réflexion, nous permettant ainsi d’aborder cette question sous quelques uns des angles que nous allons vous exposer. Il semble être évoquer implicitement dans le contenu de la question, que la liberté de pensée ne soit pas naturellement donné à chacun, nécessitant un travail singulier par rapport auquel la question du comment, le Franc Maçon peut il s’y employer, suggère qu’en tant que tel, celui ci aurait acquis une méthodologie particulière pouvant l’aider à dégager sa pensée de toutes influences extérieures. Nous nous sommes tout d’abord interrogés sur la manière dont le mot pensée a été orthographié dans le libellée de la question. En effet si celui ci avait été écrit à l’infinitif la question porterait sur la fonction de penser de l’être humain qui s’exerce. Le sujet en aurait été limité par l’objet même de la question puisque notre cerveau qui fonctionne sans que l’on soit obligé d’exercer notre volonté délivre naturellement des pensées. Chacun dans son fort intérieur peut avoir le sentiment de penser comme bon lui semble et par conséquent ne pas être dans la nécessité d’opérer un travail pour développer une pensée libre. Au cours de notre évolution jusqu’à l’âge adulte, elle se complexifie de plus en plus tant les informations que nous saisissons au quotidien se multiplient. 


Travailler à sa propre liberté de pensée, c’est rechercher la liberté dans le choix de nos pensées. Ce qui nous conduit à poser la question : Ce choix est il libre de toutes influences ! Travailler à sa propre liberté de pensée, n’est ce pas rechercher la liberté dans le choix de nos pensées. Celui qui choisi est libre, mais libre de choisir en fonction de quoi ! Notre liberté de penser est elle limité ! Nous pensons constamment, penser est dans la nature de l’homme, pour autant pouvons nous penser n’importe quoi ! Non puisqu’il nous arrive de refouler des pensées qui nous traversent l’esprit que nous jugeons immorales. Dans ce cas notre liberté de penser est limitée par une certaine éthique. Tour individu pense à son existence à travers des mots et des concepts. Ceux-ci sont transmis par la tradition et transformés par des individus ou des groupes qui sont en position d’influencer les autres, voire d’imposer une vision du monde. Le monde est ainsi peuplé d’humains qui pense leur existence en utilisant diversement des mots et des concepts comme Dieu, esprit, nature, culture, capitalisme, socialisme, race, histoire origine etc. La liberté de pensée est menacée à chaque fois que quelqu’un tente d’imposer une hiérarchie entre les mots ou concepts, c’est à dire un système où la pensée est canalisée par un schéma dans lequel un mot ou un concept est placé en position dominante, à partir duquel on dégage une certaine interprétation des choses ou explication du monde. Cette signification donnée découle d’un certain agencement d’autres mots ou concepts associés au concept dominant, et imbriqués les uns aux autres pour former une sorte de mur idéologique. Le mot ou concept dominant est la pierre d’angle de ce mur. Il est placé à la base d’une construction symbolique qui peut devenir un système de pensée plus ou moins complexe. 


Celui ci constitue alors une vision du monde, qui se transmet plus ou moins longtemps, avec des modifications faisant l’objet de conflits, allant de transitions douces en ruptures brutales. Tout système de pensée s’écroule lorsque la pierre d’angle est retirée. Elle est généralement aussitôt remplacée par une autre, sur laquelle se construit un nouveau mur idéologique, et qui préside dès lors à une autre vision du monde. La liberté de pensée ne peut exister qu’en l’absence de domination d’un concept sur d’autres. Elle peut apparaître lorsqu’un mur idéologique s’écroule, et elle s’épanouira tant qu’aucun concept n’est placé en pierre d’angle. Lorsqu’un régime politique tombe, la première chose qui se passe en général c’est une lutte entre groupes ou factions pour placer un concept en pierre d’angle d’un nouveau mur idéologique. Ces moments de crise sont révélateurs de la propension humaine pour la lutte, qui se déroule de plus en plus sur le plan symbolique. Nous voyons bien toute la difficulté qu’il y a à travailler à sa propre liberté de pensée. Le F. . M. . peut il y parvenir et comment. En rentrant en franc maçonnerie nous avons cheminé dans les structures de la F. . M. . et de l’obédience en particulier que nous avons choisie, laquelle délivre un message philosophique que nos rituels soutiennent symboliquement. Les diverses initiations et notre méthodologie de travail nous invite à interroger notre pensée en prenant le temps d’écouter soi et l’autre. Connais toi toi même et tu connaitra l’univers et les dieux, Socrate en formulant cette injonction que nous avons reprise en maçonnerie nous invite à descendre en nous même avant de pouvoir tailler notre pierre brute au cœur de notre chantier et continuer notre perfectionnement degré après degré afin de cheminer vers toujours plus de lumière. L’apprentissage, le compagnonnage, la maitrise et sans compter les différents degré de perfection sont des étapes repères à notre réflexion, des cadres symboliques qui peuvent nous aider dans la mesure où nous cherchons à en faire bon usage dans l’espace profane. L’article 1er de notre constitution défini le cadre éthique de notre réflexion. C’est la pierre angulaire que nous avons choisi pour bâtir notre temple intérieur puisque nous nous maintenons membre actif de cette communauté. Notre éthique maçonnique qui n’est pas propre à notre institution permet d’émettre l’hypothèse d’un lien entre liberté de pensée et pacification des rapports sociaux. En d’autres termes, plus les humains sont libres de penser comme ils l’entendent et moins il y a de chances qu’une idéologie s’impose. Nous pouvons favoriser la liberté de pensée, et donc la pacification des rapports sociaux, si nous refusons les systèmes de pensée figés, reposant sur un concept dominant. La liberté de pensée est inscrite dans notre capacité réflexive elle même, que notre structure maçonnique permet de mettre en œuvre. Le F. .M . . peut travailler à sa propre liberté de penser comme n’importe qui d’autre, à condition d’identifier quels sont les carcans dans lesquels est enfermée sa propre pensée. Repérer l’existence de ces carcans et analyser pourquoi et comment il s’y est installés, permet de les mettre à distance et de relativiser leurs effets. De là à imaginer que nous maitrisons à tous moment le cours de nos pensées libres de tout a priori, de tout présupposé, de toute contrainte il n’ya qu’un pas, mais c’est celui qui nous sépare de l’orient éternel ! Il n’est certes pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, mais ca aide ! 


"De l'histoire à la légende, de la légende au mythe».

La franc maçonnerie  société d'essence traditionnelle venant du passé allant vers l'avenir puise ses racines aux sources même de l'humanité .Elle nous transmet des modèles symboliques, verbaux, gestuels, numériques, temporels, etc etc ...et évidemment ,c'est au travers des légendes et des mythes dont certains sont dit fondateurs de la pensée que la Franc-maçonnerie, et, avant elle, des sociétés d'initiés cherchérent à élucider le où quand,comment et pourquoi.
La Franc-maçonnerie entre sentences et espérances est une école de vie , fille de la grande nature ,notre grande mère qui éternellement se renouvelle.
Ainsi, entre ciel et terre nous sommes là dans le partage des peines et des joies au gré d une existence semée d'embûches mais, qui réserve cependant , pourvu que l on soit éveillé, quelques enrichissements heureux , qu'ils soient intellectuels ou spirituels ; il restera ensuite à transformer ces connaissances en nourriture pour le coeur afin de donner toujours plus de vie à la fraternité,car qui peut nier dans l'absolu que Caïn tua son frère .
Les légendes et les mythes par leurs récits fabuleux en quoi peuvent-ils servir ou intéresser l'Initié
d'aujourd hui ?
Se poser cette question, c'est d abord s'interroger sur notre façon d'agir ou de penser dans un monde ou l'homme demeure autant prédateur que poëte ,un monde ou le culte du héros persiste,ou la quête de l'idéal se nourrit de sacrifices ,ou les hommes en appellent à Dieu , à la providence, au désir d'éternité , en fait, tous les ingrédients d'innombrables mythes sont réunis .
Les mythes et légendes nous rappellent qu'aujourd hui comme hier , l'homme reste une créature fragile et instable .Ce que certaines légendes enseignent, c est que la vie est loin de ressembler à un long fleuve tranquille, que des drames sont à venir , ce qui ne manquera pas d'interpeller le cherchant par l'intermédiaire de cette petite voix bien connue qui chuchotera à son oreille:
«Voilà ta vie,voilà ton côté blanc et ton côté noir ;Que cherches-tu ? Es-tu prêt ? as-tu bien compris, que c est à toi que je parle? ».
Qui sait, mes Frères, si cette petite voix qui semble prendre soin de nous n'emprunterait pas les propos de Hieroclés :"en effet qu on fasse avec plaisir quelque chose de honteux , le plaisir passe et le honteux demeure; mais qu on fasse avec peine quelque chose de beau ,la peine passe et le beau demeure "
Pour avoir reconnu la perfectibilité de l'homme un initié fidèle à son engagement se doit d'abord " de créer en lui le monde qu'il désire voir a l'extérieur" Gandhi.
Et re-voilà mes frères la petite voix qui s'obstine:"Tu as été accueilli et convié a réfléchir au sein même du mythe, dans le temple de Salomon , j attends de toi l'authenticité du coeur sans quoi : Force Beauté et Sagesse ne seraient que de vains mots ,et surtout ne sois pas pressé, écoute ce conseil :" ne demande pas de figues en hiver,accordes à la maturation le temps d accomplir son oeuvre ,et, tu goûteras alors les fines douceurs du mérite ."Epicthéte .
Quand bien même on sera déçu on s'en remettra, même si on tombe, on se relèvera ,qui ignore que nous bâtissons sur nos propres ruines et déconvenues, mais, n'est ce pas là le signe de la détermination de celui qui aspire à s'élever pour construire un avenir qui ne dépend que de lui . etc .....
________________________________________________________________________

des outils pour tailler sa pierre

Krishnamurti, un homme, une vie, une oeuvre.
Comment aborder, définir ou expliquer la pensée de ce philosophe du 20éme siècle qui refusa d'être Roi?
Je précise qu'il n'était pas un philosophe de l'abstrait, mais, un philosophe d'un concret sublime.
Il faut savoir attendre avant d'aborder l'oeuvre de Krishnamurti. Il faut laisser le temps au vent d'agiter longuement la cime des arbres et à de nombreuses vagues se briser sur les récifs.
Enfin, lorsqu'on sentira que l'heure est venue, on ouvrira grand les yeux pour y laisser pénétrer la lumière. On  plongera alors dans le regard  profond  de cet humaniste et on se délectera du flot de ses paroles. Celles-ci briseront les vieilles significations des mots  et par leur "rénovation" nous les mettrons  dans "le bon sens du terme".
Ainsi, nous franchirons la première étape pour se défaire des  intoxications mentales dues aux fanatismes et aux dogmatismes de toutes sortes engendrées par notre conditionnement...
... Ce penseur  nous conseillait de nous libérer de la "gangue du connu", et de toutes les servitudes et certitudes qui opposent les hommes entre eux. Le conflit mondialisé entre les fausses idées fait toujours rage aujourd'hui, le spectacle offert par le monde nous le prouve et il conduit l'humanité à sa perte...
...Nos civilisations sont vieilles de plusieurs milliers d'années, et, nous sommes toujours des barbares, Krishnamurti exige de nous que nous nous posions la simple question, pourquoi? qu'il faut se poser "ICI ET MAINTENANT". Il affirme que c'est uniquement un homme neuf qui pourra y répondre. Au diable donc, la carcasse du "vieil homme", gisant à terre, abandonnée au bord du chemin en espérant que ce soit pour toujours!..


Retenons aussi un florilége  de ses propos :
  "L'idée issue d'un préjugé n'est jamais créatrice."
  "Tant que la mémoire fonctionne, l'esprit ne peut pas comprendre ce qui est."
  "Apprendre à connaitre est une discipline non mécanique."
  "Quand l'observateur disparait, la chose observée disparait elle aussi."
  "Peut-il y avoir amour,là, où il y a division?"
  "La compassion accompagne une grande intelligence, qui n'est pas le fonctionnement du savoir."
  "La grandeur de la véritable liberté réside en nous dés qu'en nous règne un ordre absolu. Ce dernier   ne s'établira que si nous devenons notre propre lumière."
_________________________________________________________________________

         

une pièce avec symboles maçonniques

« Vers la voie du perfectionnement » :
Nous sommes en maçonnerie pour chercher à se perfectionner, comme Sisyphe, il ne faut jamais s'arrêter, les 2 moteurs sont le désir et la curiosité. Le changement, c'est la vie,et, c'est enivrant. La méthode maçonnique nous aide grâce à l'initiation et au symbolisme . Il n'y a pas qu'un seul chemin, chacun a le sien. Le Temple est toujours inachevé, il y a un idéal à poursuivre, qui s'éloigne comme l'horizon. La dynamique du groupe influe également sur son perfectionnement, mais ce sont les autres qui pourront voir l'évolution . Notre identité n'a pas changé, c'est notre vision des choses qui a changé.  La perfection idéale a quelque chose de divin; et, nous pouvons nous poser la question de la place de l'art, de la beauté; dans l'accord parfait chacun son frisson. Mais, petit problème, on ne vit que par la perception de nos sens, et si le monde perçu était un leurre? Atteint-on la perfection ou l'apparence de la perfection? Les chimères si elles sont proches du délire, n'ouvrent elles pas un vaste espace de liberté. En conclusion : «  Vivons, exaltons nous, partageons; aimons, vibrons... soyons des Sisyphe heureux!!!
______________________________________________________________________________________________________________
« Marche, rêve et ...chante» 
Nous allons parler de la musique dans le Temple. Sa construction doit pouvoir mettre en résonance les voix de chacun. De même que la musique cistercienne prend tout son sens au sein des édifices pour lesquels elle fut crée, la rigueur du Rite Ecossais Ancien Accepté permet d'amplifier la voix de chaque Frère. En examinant le son, plus il est haut, plus les formes engendrées sont complexes et différenciées, est-ce à dire que plus on monte en grade, plus le rituel nous livre sa richesse?
Passons en revue la constitution du violon et du violoncelle, plus de 70 éléments, des cordes fragiles; pour les rendre moins cassantes les luthiers les ont enrobées de métal; est-ce que les métaux augmentent notre longévité, mais diminuent notre richesse de réflexion?  est-ce pour cela que nous les laissons à la porte du Temple? A chaque tenue, une nouvelle partition est écrite, tous les Frères sont des solistes, mais le travail en loge, c'est la tradition qui nous relie au passé et à tous les Frères qui oeuvrent dans un même but: Préparer l'avenir de l'homme ou l'Homme de l'avenir .
Je me souviens d'un voyage récent au Sri Lanka, marqué par les couleurs;de même, au sein de notre loge, le mariage d'essences fraternelles différentes donne l'égregor, l'arc en ciel maçonnique. Les Frères de notre loge sont des notes sur une partition, en enlever une seule conduirait vers un appauvrissement. Dans un rappel historique, citons dans le texte fondateur d'une loge anglaise en 1723, chaque Frère doit accompagner son Travail de 3 Pierres Musicales; je n'oublierai pas la musique qui m'a accompagné au cours de mon initiation. La Constitution d' Anderson s'accompagnait de 4 chants maçonniques. Les instruments accompagnant les tenues sont différents: dans les pays catholiques, les instruments à vent ont la priorité , tandis que dans les pays protestants: l'harmonium et l'orgue sont adoptés .
En conclusion avec la flute, la flute ney est liée à la civilisation sumérique; le ney à 6 trous est devenu le symbole de l'âme. La musique est architecture et l'architecture est musique; la musique prend toute sa dimension au Rite Ecossais Ancien Accepté, car c'est la rigueur dans le travail.

une assiette décorée des symboles maçonniques

«Les compagnons constructeurs de nos cathédrales et de nos Temples ? Oui, mais pas seulement....»
Après mes impressions personnelles vécues lors de mon admission en chambre de Compagnon, je rappelle l'importance du grade de Compagnon dans la formation du Franc-Maçon. Jai une affinité pour le compagnonnage et les Compagnons du Tour de France dont j'aimerai poursuivre une étude sérieuse.
S'appuyant sur le thême de la solidarité, laissant volontairement de côté l'aspect de la « Formation aux métiers», je tiens à montrer la part immense prise par les Compagnons du Tour de France pour l'amélioration et la protection des conditions de travail des ouvriers durant le 18éme et le 19éme siècle, avec une abnégation totale et parfois, souvent même, au péril de leur vie. Je regrette le peu de solidarité des travailleurs d'aujourd'hui et le manque de respect pour ce travail accompli par nos Frères Compagnons du Tour de France en les mettant en garde de devoir bientôt tout recommencer à zéro....
En conclusion , le travail des Francs Maçons ne doit pas s'arrêter dans la quiétude de nos loges deux fois par mois, mais, rayonner au dehors parmi les hommes et le monde.
_________________________________________________________________________

« Dans le regard de l'autre»
Il y a, parfois ,des regards qui tuent bien que regarder n'est pas voir. Le regard est en de-ça de la perception. Il est par excellence le lien de l'autre à moi. Par lui, j'ai à faire directement à l'autre, aux autres. Le regard peut être bienveillant, ou cruel mais en dernier ressort c'est bien celui que l'on porte sur soi qui compte pour nous même, qui parfois n'est pas en adéquation avec ce que l'autre perçoit de nous. S'il y a largement de quoi donner un sens psychologique à ce sujet, et le nourrir de nos expériences quotidiennes, il prend également un sens philosophique.
Il faut réfléchir entre interrogation psychologique et inquiétude philosophique. De SARTRE à LEVINAS en passant par PRIMO LEVI, il faut s'alerter sur la philosophie sartrienne qui, peut être entendu comme une diabolisation du rapport à l'autre, alors qu'il est avant toute chose la nécessaire médiation de moi même à moi même. LEVINAS met l'accent sur le visage qui détient la clé de mon rapport à l'autre. La relation au visage nous dit cet auteur est d'emblée éthique. Le visage est ce qu'on ne peut tuer, ou du moins ce dont le sens consiste à dire : « Tu ne tueras point» . Notre initiation primordiale au grade d'apprenti nous invite à un travail d'introspection indispensable pour échapper à la confrontation du regard de l'autre pouvant être vécu comme une menace à notre subjectivité et notre espace de liberté. Je vous invite à adopter comme le suggère LEVINAS une posture éthique à l'égard du visage de l'autre dont le fondement à celle ci repose sur cette vulnérabilité commune ; or, je n'ai rien à craindre des autres mais tout à leur donner.
Concluons sur cette citation de VOLTAIRE concernant la tolérance : mot d'ordre de la franc-maçonnerie, pouvant nous aider à rester nous même dans le regard des autres : « qu'est ce que la tolérance ? C'est l'apanage de l'humanité. Nous sommes pétris de faiblesse et d'erreurs. Pardonnons-nous réciproquement nos sottises, c'est la première loi de la nature.

une pierre cubique

« Les Mains du Compagnon»
Je vais vous parler du Compagnon, du Temple, car, comme le dit le rituel:« les initiés sont à la fois les constructeurs et les matériaux du Temple». Il ne faut pas séparer l'oeuvre en 2 parties, l'Esprit et la Matière. Le Compagnon en même temps qu'il participe au travail sur le Temple extérieur fait grandir son propre Temple intérieur qui deviennent UN seul . Le Compagnon deviendra peut-être Maître de Chantier, il doit entrer dans le domaine de l'Art et de la Science, ces 2 mots forment un ensemble . Mais, les outils du Compagnon ont besoin de ses mains, premier outil de l'Homme.
Pour conclure: «Pourquoi le Compagnon met la main de l'action sur le coeur et étends la main du coeur vers l'extérieur.

une poignée de mains